L’interview d’Axel étudiant en 3eme année Jeu vidéo 

Retour d’expérience sur un des projets phare d’Objectif 3D en 2012

 

 

 

 

Salut Axel ! Alors, c’est quoi l’histoire de Brume ?

Brume, c’est l’histoire d’un petit bonhomme, nommé Cédric. Il décide de partir explorer le monde et découvrira sur son chemin, différents univers, de la foret obscure, au désert, en passant par des marais lugubres et un monde dans les nuages sur le dos d’un dragon. Cédric devra combattre ses ennemis, passer chaque niveau, et gagner le combat ultime.

C’est un jeu de plate-forme, en scrolling 2D et décor 3D, développé par l’équipe des 3ème années en section  jeu vidéo à Objectif 3D. Pour le joueur le but est de passer tous les niveaux en jouant avec Cédric.

C’est quoi scrolling 2D et décor 3D ?

Scrolling signifie défilement en anglais. C’est le déplacement d’un calque de décors dans un jeu vidéo en deux dimensions.

Quand on créée un jeu, de A à Z, comment ça se passe ?

Notre équipe, toute la classe des 3ème années, a d’abord commencé à réfléchir à l’ambiance générale que l’on voulait donner à notre jeu. On s’est inspiré de jeux comme Heart of Darkness, comme Rayman. On voulait donner à notre jeu le style « old school » des jeux des années 90.  

Quelles sont les différentes étapes dans la création du jeu vidéo ?

La première étape, c’est d’abord la réflexion. Qu’est-ce que notre équipe veut faire, quel jeu, quel univers, quel style graphique, … Ce sont des heures de travail de recherche, de dessins, et de brainstorming. Notre pré-production a duré jusqu’à mi décembre.

De fin décembre à la fin de l’année en juin, c’est ce qu’on appelle la prod°. Pendant 6 mois, à 35h par semaine, et bien plus sur les derniers mois, on crée et on développe le jeu.

Chaque personne a un rôle bien spécifique, qui correspond aux différents métiers que l’on trouve dans le jeu vidéo.

Quels sont les différents métiers qui participent à la création d’un jeu vidéo ?

On peut les classer en 2 parties : les designers et les développeurs.

Du côté design il y a le character designer, c’est la personne qui conçoit le design 3D des personnages, des animaux et des mécaniques, et l’animateur se charge de créer des animations à partir de son travail. L’Environnent Artist est celui qui crée les décors et les intègre dans le moteur de jeu. Le Level designer conçoit les différents niveaux et évènements de jeu. Il récupère aussi le travail des programmeurs et l’implémente dans le jeu. Enfin le technical Artist résout les bugs liés à l’intégration et au Gameplay.

Côté programmeurs, il y a une personne qui programme le jeu, les règles du Gameplay, c’est le Gameplay programmer, et un technical artist, capable de designer les niveaux afin que les graphistes n’aient plus qu’à les habiller.

 

Et ton rôle à toi alors ?

Moi, je suis le level designer. C’est moi qui place les objets dans les différents niveaux de jeu. Pour notre jeu par exemple, il y a plus de 400 objets. Ils ont tous été crées un par un. Du dessin, à la modélisation en passant par la « peinture » et les différents effets de lumière. Je suis aussi celui qui intègre le travail des programmeurs. Je fais le lien entre l’avancement du travail des artistes 3D et des programmeurs.

Nous sommes début juin, vous en êtes où ?

Dans la dernière phase. Il reste des choses à intégrer encore, comme les combats et les ennemis. En ce moment, je corrige tous les bugs. La version de notre jeu est déjà jouable et ceux qui ont fini leur travail testent le jeu et notent les éléments à changer, à améliorer, repèrent les bugs, etc.

Comment ça se passe pour les musiques, les sons ? C’est ton équipe qui s’en occupe aussi ?

En fait, nous sommes en collaboration avec l’ACFA, L’école de l’Image et du Son, basée au Canada. Ce sont eux qui s’occupent des bruitages, sons et des musiques pour notre jeu.

 

A ton avis, que faut-il pour exercer ces métiers du jeu vidéo ?

Pour moi, ce sont des métiers de passion, parce qu’ils demandent un gros investissement et une quasi constante formation aux nouvelles technologies. Et puis il faut du talent. Et une grosse culture du jeu vidéo. On ne peut pas exercer ces métiers et être bon, si on n’est pas passionné !

Quelles impressions sur cette 3ème année ? Sur ce projet, Brume ?

Cette 3ème année est vraiment dans la continuité des précédentes. On apprend le travail d’équipe, ce qui dans nos métiers est essentiel et pas toujours évident au début et une vraie logique de travail, c’est ce qu’on exigera de nous dans le monde du travail. Concernant notre projet Brume, j’éprouve vraiment de la fierté. Créer un jeu de A à Z, et voir enfin les résultats, c’est vraiment stimulant. On y travaille  depuis janvier, la journée, le soir, on s’investit vraiment dans quelque chose que l’on a fait naitre et qu’on l’on voit aboutir.

Et ce jeu, une fois terminé, on pourra le jouer ?

Si tout se passe bien, oui ! Le trailer de notre jeu est déjà disponible sur Youtube et le jeu devrait être finalisé prochainement…

 

Brume en quelques chiffres

L’équipe, c’est 7 graphistes 4 développeurs

Le jeu représente plus de 900 heures de travail de l’équipe entière

400 objets et textures différentes

Une centaine d’animations créées 9 niveaux à passer : 9 ambiances, 9 designs, 9 atmosphères différentes

Total de temps de jeu estimé : 1 à 2 heures

30/06/2015
Magha Hunt

    Suivez la réalisation du projet des 3e année Cinéma d’Animation 3D & VFX « Magha Hunt »   Objectif : Faire le trailer d’un jeu vidéo. Les contraintes techniques : Avoir un temps de rendu optimisé par rapport à la deadline imposé avec des décors très fournis. Déjouer les problèmes de passerelles entre les différents […]

En savoir plus