Beaucoup de passionnés de jeux vidéo veulent devenir Game Designer, alors quoi de mieux que d’avoir le retour d’expérience d’un de nos anciens étudiants, aujourd’hui Game Designer chez Ubisoft !

François Alligier a eu la gentillesse de répondre à nos questions entre deux brainstormings ! Et il nous fera la joie d’être présent le jour de la Journée Portes Ouvertes du 23 Février sur le campus de Montpellier. Il sera là pour répondre à toutes VOS questions !

Bonjour François, comment vas-tu depuis ta sortie d’Objectif 3D ?

Très bien merci 🙂 Bordeaux est une ville très agréable en tant que jeune travailleur, l’éco-système jeu vidéo là-bas est encore un peu timide mais l’arrivée d’un géant comme Ubisoft devrait faire évoluer les choses dans le bon sens !

Comment s’est passée ta recherche d’emploi à la fin de tes études ?

Je n’ai pas vraiment suivi le parcours conventionnel, j’ai commencé mes recherches en fin de 3eme année et j’ai trouvé un emploi avant la rentrée. Je n’ai donc pas pu participer aux entretiens blancs avec les entreprises, j’ai dû passer par la méthode classique de répondre à des offres d’emplois. Je n’ai cependant pas tout fait tout seul, Fanny m’a beaucoup aidé dans la création de mon CV et la mise en page de mon portfolio. Il y a aussi évidemment tout les professeurs de Game avec qui j’ai pu échanger, particulièrement Ludovic et Mikaël qui m’ont donné de bons conseils sur comment écrire les lettres de motivation, les entretiens et comment se présenter aux entreprises de manière générale.

Peux-tu nous parler de tes premiers jours à Ubisoft ?

Mes débuts à Ubisoft Bordeaux étaient assez particuliers. Comme beaucoup d’étudiants arrivant dans une structure telle qu’Ubisoft, j’ai été impressionné par tout ce qui est mit en œuvre pour le fonctionnement d’un organisme aussi grand, que ce soit tous les métiers administratifs présents pour encadrer la vie au studio ou bien les différents logiciels spécifiques, etc…. J’ai aussi eu la chance de vivre une expérience beaucoup plus rare qui est de participer à la création d’un studio AAA en arrivant alors que le studio avait tout juste 2 semaines. Il y a un contraste assez marrant entre le groupe Ubisoft qui compte 13 000 collaborateurs et la vie de tous les jours où on était seulement 40 au studio et où l’ambiance était plus celle d’un studio indépendant.

Comment se passe le travail en équipe ?

Il s’avère que j’avais justement des problèmes de communication relevés par les professeurs à O3D mais aussi par mon Lead (équivalent d’un manager) par la suite. J’ai eu la chance d’avoir ces gens là pour me faire prendre du recul et m’aider à travailler sur ces points car savoir communiquer avec les autres est quelque chose d’utile tous les jours et je dirais même d’essentiel dans le milieu du jeu vidéo. C’est encore plus vrai dans les gros studios où chaque personne évolue dans sa spécialité et où réussir à tous avancer dans la même direction nécessite beaucoup de coordination (et de patience ^^). Un Game Designer se doit de réussir à communiquer avec les autres étant donné que l’intégration de ses idées dans le jeu va dépendre de beaucoup d’autres personnes (artistes, animateurs, programmeur, etc..) et je dirais à tous les futurs designer d’apprendre dès aujourd’hui à communiquer avec les autres.

Peux-tu nous expliquer le métier de Game Designer (GD) en quelques mots? 

Alors le Game Designer (GD) c’est la personne qui va définir les règles du jeu, si je prends l’exemple d’un jeu de société, c’est elle qui doit définir les règles du jeu (Le but du jeu, Le nombre de cartes en main, Qui commence, etc..). En jeux vidéo ce rôle se traduit par une multitudes de sujets, ce sont des GD qui vont faire les missions du jeu, mais aussi l’équilibrage de l’économie, le comportement des ennemies, bref tout ce qui concerne la partie « interactive » du jeu (ce qu’on appelle souvent le gameplay). Le métier de Game Designer se divise en deux parties, d’une part le coté design, trouver des idées en équipe et savoir les formaliser dans des documents type PowerPoint pour les présenter. Ensuite l’autre partie, c’est la création des données, une fois que les programmeurs ont fait le nécessaire pour que notre idée soit intégrée au jeu, il faut créer et paramétrer les différents ingrédients de jeu (par exemple, créer tout les modèles d’armes, définir leurs dégâts, leur cadence de tir, etc..). Il faut aussi s’occuper des bugs et des problèmes rapportés par les Testeurs. Ces deux phases sont souvent assez distinctes, en pré-production il y a souvent beaucoup de design à faire et ensuite plus on avance dans la production et on s’approche de la sortie du jeu, plus on va se concentrer sur la création des données et la résolution des problèmes.

Quelle est une journée / semaine type ?

Comme décrit plus tôt, une journée type de Game Designer varie grandement selon les périodes de la production. Lorsqu’on travaille sur la création d’un design c’est beaucoup de réunions, de brainstorms avec toute l’équipe pour échanger autour d’une idée mais aussi des présentations et des discussions pour se mettre d’accord. L’autre moitié du temps il s’agit de produire des documents clairs qui présentent nos idées afin qu’elle soient approuvées par l’équipe créative du projet. Ensuite pendant la phase de production et d’implémentation dans le moteur, la tache principal du GD est de créer, modifier, retoucher des choses dans le moteur. Le Game Designer collabore beaucoup avec les Development Testers (DevTest pour les intimes) qui lui remonteront les différents problèmes concernant ce qu’il crée dans le moteur et qu’il faudra donc fixer bien sûr ^^. Une chose qui ne change pas tout au long de la production, c’est que le Game Designer communique très souvent avec les gens.

Qu’est-ce que tu préfères dans ton métier ?

Ce que je préfère dans mon métier c’est, comme beaucoup de designer à mon avis, le moment de la création et de la réflexion autour du jeu. C’est à ce moment que les idées fusent, on réfléchit sans se soucier des contraintes de budget ou de faisabilité technique et on se s’imagine ce que pourrait être le jeu idéal. C’est aussi souvent un moment d’échange ou chacun rebondit sur les idées des autres et on arrive souvent à de bonnes choses mais aussi quelque fois à des idées totalement extravagantes (ce qui donne l’occasion de rire un bon coup ^^). Pour ma part j’aime aussi beaucoup participer au design techniques et réfléchir à des solutions intelligentes aux problèmes qui pointent le bout de leur nez durant la production. Enfin, la partie la plus gratifiante après beaucoup de travail c’est surtout de voir les gens jouer à notre jeu et de voir qu’ils passent du bon temps parce que finalement, c’est pour ce moment qu’on fait tout ça 😉

Sur quels projets as-tu travaillé ? Et en ce moment…?

Beaucoup de mes projets ont été réalisé dans le cadre de la formation Objectif 3D. Les deux projets les plus importants et qui m’ont apportés beaucoup d’expérience, restent les projets de fin d’année. Planet Seed en 2ème année, sur lequel j’ai eu l’occasion de m’occuper intégralement de la partie design et programmation. Ensuite Break Out, notre projet de 3ème année, qui m’a permis d’avoir une expérience de travail sur un support VR (HTC Vive) et d’avoir une première expérience de production de taille moyenne (20-25 personnes) où l’organisation et la communication deviennent des challenges plus importants. En dehors de la formation, j’ai fait beaucoup de micro-projets personnels et de Game Jams (Création de jeu en 48h). Le projet sur lequel je travaille en ce moment à Ubisoft, il est malheureusement toujours confidentiel mais je vous invite à suivre les actualités d’Ubisoft pour ne pas rater l’annonce 😉

 

 

Un conseil pour les futurs diplômés de l’école ?

Mon conseil pour les futurs diplômés serait de s’investir en dehors du cadre de la formation. Ça passe par s’intéresser aux actualités de la scène jeu vidéo (coté professionnel, pas joueur), approfondir des sujets vus en classe ou encore faire des projets personnels. Le milieu du Jeu Vidéo est très actif à Montpellier, c’est une chance donc n’hésitez à participer aux événements rassemblant professionnels du jeu vidéo et étudiants qui sont de bonnes occasions d’échanger avec des gens plus expérimentés et d’apprendre dans un cadre détente. Mais si les étudiants devaient retenir une seule chose, j’aimerais que ça soit la suivante: faites des game jams! C’est LA meilleure façon d’acquérir de l’expérience, de vivre toutes les étapes d’une production, d’apprendre à se concentrer sur l’essentiel, bref d’apprendre énormément et très vite.

S’investir outre la formation vous apportera un genre d’expérience qu’aucune formation ne peut vous fournir, c’est une direction à prendre par soi-même et qui demande un effort mais c’est aussi ça qui fera la différence lors de votre recherche d’emploi.

Ton avis sur la formation à O3D ?  

La formation Game d’Objectif 3D correspond bien à ce qu’attendent les entreprises, c’est beaucoup de pratique et acquérir de l’expérience concrète est un vrai plus en entretien. Pour la partie Game & Level Design, les types de projets sont variés, allant du jeu de plateau aux map multijoueurs, ce qui permet d’avoir une base dans pas mal de domaines du design. Les projets de fin de Game3 et Game4 sont une excellente occasion pour les étudiants d’avoir un avant goût d’une production AAA. On y retrouve tous les éléments principaux : travail d’équipe, synchronisation, organisation du travail et surtout utilisation des outils tels que JIRA et Perforce qui sont des incontournables dans l’industrie. Le fait que j’ai appréhendé mes débuts à Ubisoft simplement en me disant que ça allait être la même chose que mon projet de fin d’année mais à une échelle beaucoup plus grande, est selon moi un bon indicateur de la qualité de la formation à préparer les étudiants aux grosses productions.

Merci beaucoup François, à très bientôt !